Prostitution ou travail du sexe : Qu’est-ce que c’est ?

NOUS ADORERIONS DISCUTER DU SEXE, et encore moins de la terminologie adéquate pour le commerce du sexe. Selon la Fondation Scelles, un groupe dédié à la fin de l’exploitation sexuelle, il y avait environ 40 à 42 millions de travailleurs du sexe dans le monde en 2012. Quatre-vingt pour cent d’entre eux étaient des femmes, et les trois quarts avaient entre 13 et 25 ans. Le travail du sexe est une question litigieuse qui suscite de nombreuses controverses dans le monde entier. Selon certains, les travailleuses du sexe travaillent de leur plein gré et volontairement, c’est-à-dire qu’elles sont sans emploi. D’autres affirment que le travail du sexe est le résultat de l’inégalité entre les sexes (ce qui explique que les travailleuses du sexe soient majoritairement des femmes et que leurs clients soient principalement des hommes) et que payer pour le travail du sexe est invariablement un signe de violence.

Il existe plusieurs réponses à la question mondiale du travail du sexe, mais aucun modèle juridique approprié n’existe. Le travail du sexe est totalement interdit dans certains pays, dont la Chine et le Japon. Dans d’autres pays, comme la France et la Norvège, seul le client est pénalisé. Les intermédiaires sont pénalisés au Portugal, en Italie et en Pologne. Le travail du sexe est autorisé en Allemagne et aux Pays-Bas – et peut être pratiqué avec une licence. Nous avons tenté de déterminer pourquoi le travail du sexe est perçu différemment dans les différentes parties du monde et de trouver des moyens d’éviter d’en parler.

Quels termes utiliser pour le commerce du sexe ?

Le débat sur l’utilisation des termes « travail du sexe » ou « prostitution » est inextricablement lié à l’attitude de chacun face au problème. La question principale est de savoir si le libre choix est concevable dans ce secteur, et si le travail sexuel peut être considéré comme un travail sur un pied d’égalité avec les autres types de travail. Les deux formulations se retrouvent dans la presse européenne, comme c’est souvent le cas lorsqu’on tente de conserver une attitude neutre.

Les pays dans lesquels le travail du sexe est légal et strictement réglementé par l’État. Les partisans de cette expression estiment qu’elle contribue à la lutte contre la stigmatisation et favorise un plus grand respect des personnes qui pratiquent le travail du sexe. L’expression ne nous parle pas en tant que problème de société et souligne que le travail du sexe est une occupation légitime qui doit être sûre, saine et décriminalisée.

Les opposants à ce langage affirment qu’il est trop neutre et qu’il normalise un commerce dans lequel la probabilité de rencontrer la violence est bien plus grande que dans tout autre domaine.

« Les femmes prostituées » est une autre expression, bien que moins souvent utilisée. Elle est utilisée pour souligner que le libre choix n’est pas possible dans ce domaine – et que même si la décision d’une femme semble indépendante, elle est néanmoins inconsciemment déterminée par les inégalités de genre enracinées dans la société.

La prostitution : esclavage ou travail ?

Les faits concernant le moment où les individus entrent souvent dans le commerce du sexe sont contradictoires – il y a peu d’études à grande échelle dans ce domaine. Bien que l’on ne puisse pas le considérer comme vrai, le chiffre le plus souvent rapporté est que l’âge moyen est en dessous de la majorité. D’autres recherches indiquent un âge médian de 15, 17 ou 19 ans, mais même dans ce cas, la taille de l’échantillon est insuffisante.

Les mécanismes de l’engagement dans le commerce du sexe font également l’objet de nombreuses discussions. L’une des raisons les plus courantes pour lesquelles les femmes participent au commerce du sexe est d’ordre économique : les femmes se trouvent souvent dans des situations financières difficiles ou sont responsables du soutien financier de leur famille. De nombreuses travailleuses du sexe luttent pour quitter la profession – elles sont découragées par les menaces, la violence ou les difficultés financières lorsqu’elles ne sont pas en mesure de rembourser les propriétaires de bordels.

Le travail sexuel est souvent présenté comme un moyen d’indépendance dans les feuilletons et les films. Cette perspective est partagée par les travailleurs du sexe qui sont prêts à parler ouvertement de leurs expériences : ils affirment qu’ils disposent de leur corps volontairement et ne veulent pas être considérés comme des victimes par défaut. Néanmoins, il est indéniable que l’exploitation constitue une part importante du travail du sexe. Selon l’ONU, 79 % des victimes de la traite ont également été exploitées sexuellement dans 52 pays.

La majorité des victimes de la traite sont des femmes qui sont réduites en esclavage sexuel

La majorité des victimes de la traite des êtres humains sont des femmes qui sont réduites à l’esclavage sexuel. Selon une étude commandée par le ministère américain de la justice, près d’un tiers des travailleurs du sexe déclarent avoir été victimes d’abus et d’agressions de la part de leurs clients. 15 % des proxénètes avouent avoir battu les femmes qu’ils emploient. Les femmes évoquent souvent les terribles conséquences psychologiques du travail du sexe.

Il n’y a toujours pas d’accord sur la manière de traiter les agressions et l’exploitation sexuelles. Le débat sur la question de savoir s’il est préférable de modifier le travail du sexe et le degré d’intervention de l’État, ou de viser son abolition totale, reste aussi vif qu’il y a dix ans.

Qu’implique la décriminalisation de la prostitution ?

Les partisans de la décriminalisation pensent que le travail du sexe peut être consensuel, mais que la violence, l’exploitation des enfants et l’esclavage sexuel doivent être traités séparément. Ils insistent sur la distinction entre le travail sexuel libre et le travail sexuel forcé et veulent rendre le secteur aussi transparent et sûr que possible en légalisant le travail sexuel.

Amnesty International plaide également en faveur de la dépénalisation de l’industrie du sexe et a publié cet été une étude dans laquelle elle propose aux gouvernements de donner la priorité aux mesures visant à protéger les travailleurs du sexe plutôt que d’interdire purement et simplement l’achat de services sexuels et le travail du sexe : « Les observations indiquent que ces lois font que les travailleurs du sexe se sentent moins en sécurité et que les agresseurs se sentent impunis, du fait que les travailleurs du sexe redoutent souvent de signaler les abus à la police de peur d’être pénalisés.

Ce qui distingue la légalisation de la décriminalisation du travail du sexe

La légalisation du travail du sexe diffère de la décriminalisation en termes de mécanismes de contrôle gouvernemental (bien que les idées soient similaires). Le travail du sexe est lui aussi légal, mais l’État réglemente le secteur par le biais de licences et de taxes, tandis que des règlements régissent les lieux, les horaires et les manières dont le travail du sexe peut être pratiqué. En garantissant l’accès à l’assurance maladie et à la retraite aux travailleurs du sexe qui souhaitent volontairement continuer à exercer cette activité, les partisans de ce modèle espèrent rendre la profession plus sûre pour les travailleurs du sexe.

Ce concept est en vigueur dans des pays comme les Pays-Bas et l’Allemagne. Il a contribué à l’amélioration des conditions de travail dans le commerce du sexe, même s’il présente des inconvénients évidents. La légalisation du travail du sexe a stimulé la demande, attirant davantage de personnes sur le marché et faisant baisser les tarifs. En raison du faible coût des services et des frais importants qui y sont associés (location d’une vitrine dans le quartier rouge, taxes et honoraires des proxénètes), les travailleurs du sexe néerlandais sont souvent tenus de travailler de longues heures, ce qui est à la fois psychologiquement et physiquement éprouvant. En outre, aux Pays-Bas, la nouvelle stratégie a eu peu d’effet sur l’éradication de la stigmatisation : les personnes qui cherchent à quitter le travail du sexe ont beaucoup de mal à trouver un nouvel emploi.